Mondial U19: le carnet de voyage des Panthers !

Trois Panthers ainsi que Pierre Cornia font partie de la délégation belge qui s’est envolée le mardi 16 en soirée pour Bangkok et le championnat du Monde des U19.
Après une escale à Vienne et 10 heures de vol de nuit, les Young Cats U19 sont donc arrivées au pays du sourire. Elles ont eu trois jours pour digérer le décalage horaire de cinq heures et s’adapter aux conditions de vie du pays : une température qui varie entre 28 et 35 degrés dans un air lourd, moite, étouffant. On a déjà connu mieux pour jouer au Basket.
Nous avons demandé à Eva, Emmeline et Marie leurs premières impressions de l’Asie.

(En chœur) Ce qui nous frappe d’emblée ? : « La chaleur ! Et l’humidité. Il fait en permanence lourd comme un soir de canicule en Belgique. Et ici, pas d’orage ! du moins pas jusqu’à présent… alors que c’est en principe la saison de la mousson ».
Le danger, c’est qu’une fois à l’intérieur, la climatisation tourne à fond en permanence : « On a essayé de la couper dans notre chambre mais ca ne va pas. La température monte de suite ! »
Autre surprise pour nos Panthers : la circulation ! « C’est dingue ! il n’y a pas d’heure de pointe, ca bouchonne tout le temps et puis il n’y a aucune discipline, presque pas de feu rouges ni de passage pour piétons. Par contre, des motos ou des scooters qui se faufilent partout. Ca grouille, ca n’arrête pas, on se demande comment il n’y a pas des accidents à chaque carrefour »
A titre d’exemple, les deux salles de match sont à un km à peine de l’hôtel à vol d’oiseau. Pour s’y rendre, le départ du car est fixé…une heure avant l’entrainement  et le soir du second jour, le saut de puce a pris 50 minutes…au pas!
Un dernier point qui laisse sans voix les jeunes belges c’est le fouilli de câbles électriques qui court le long des rue sur les poteaux d’éclairage.
Ce samedi, les choses sérieuses commencent avec le match d’ouverture face à la Chine et sa super meneuse Yuan Li, 18 ans à peine et déjà titulaire au dernier championnat du Monde sénior à Tenerife. Du pain sur la planche, avant tout pour Emmeline et Eva qui lui feront face directement.