Contre Braine, ne pas jouer petit bras mais libérées

Ce soir nos Panthers retrouvent Braine à 20h30 au Bois St-Jean dans cette demi-finale aller des Play-offs qui, si l’on s’en tient purement aux chiffres, pourrait bien être leur dernier match de la saison à domicile.
« D’abord, il faut regretter que cette apothéose à une saison fantastique se joue dans une salle vide. Bien sûr la situation sanitaire est ce qu’elle est, mais cela prive les filles d’une forme de récompense. Atteindre une demi-finale de Play-offs et la jouer dans un chaudron bouillonnant, cela fait aussi partie de la motivation pour qu’une sportive de haut niveau s’impose tant de sacrifices au quotidien » relève Pierre Cornia avant d’évoquer cette série en elle-même « Face à Braine, nous ne partons bien sûr pas avec les faveurs du pronostic mais chaque match doit être joué. On a déjà démontré cette saison à plus d’une reprise que, par séquence, on peut tenir la dragée haute à n’importe qui. Alors oui, notre but ce soir sera de les embêter un maximum, de les accrocher tant qu’on peut et plus si affinité… Qui sait, sur un malentendu… » rigole Cornia. Mais pour cela, il ne faudra pas jouer petit bras. « De fait, nous ne devons pas partir battues d’avance mais libérées et y aller à fond d’entrée de jeu. Trop souvent, et encore à Namur samedi, nous abordons ces matches à enjeu un peu en retrait de ce que nous savons faire et ce n’est que le dos au mur qu’on se lâche. Ce soir, il faudra y aller franco et tout donner d’emblée quitte à exploser plus tard. Quitte à couler à la fin, autant que ce soit pavillon haut en ayant tiré jusqu’à la dernière de nos cartouches… »